Danielle Dagenais

Professeure agrégée, architecture de paysage, Université de Montréal

Danielle Dagenais est chercheuse associée à la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal (CPEUM), Canada, à la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal (CUPEUM) et professeure à l’École d’architecture de paysage de cette même université depuis 2007. Spécialiste des végétaux, elle est agronome et titulaire d’une maîtrise en génie de l’environnement et d’un Ph.D. en Aménagement. Elle est membre de l’Association des Architectes paysagistes du Québec.

Sa triple formation lui permet de diriger des équipes de recherche multidisciplinaires comportant des spécialistes des sciences naturelles et sociales et en génie. Ses recherches actuelles menées au sein de la CPEUM portent sur les aspects environnementaux, techniques et d’acceptabilité sociale de l’implantation de divers aménagements techniques avec les végétaux (systèmes végétalisés de gestion des
eaux pluviales, toits verts etc.) et d’infrastructures conventionnelles telles que les écrans acoustiques. Elle conduit aussi des recherches sur la perception et la représentation sociale de la biodiversité et de divers types de nature. Elle a publié plusieurs articles et présenté de nombreuses communications lors de conférences internationales sur ces sujets. Ses projets sont financés par le Conseil national de recherches en sciences sociales du Canada, par le consortium Ouranos, par le Ministère des transports du Québec et par le Centre de la science de la biodiversité du Québec.

Danielle Dagenais participe aussi à plusieurs projets à titre de cochercheure notamment deux projets comparant les politiques d’adaptation aux changements climatiques de villes françaises et québécoises avec une insistance particulière sur la gestion des eaux pluviales et la réduction des îlots de chaleur. Ces projets sont financés par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie de France et le Conseil franco-québécois de la coopération universitaire. Enfin, avec une équipe de chercheurs elle a récemment développé deux propositions de recherche, l’une sur le design de toits verts en vue d’augmenter la biodiversité des pollinisateurs sur les toits verts et une sur la sélection de végétaux pour les zones de biorétention.

Elle est chercheure associée au Centre de la science de biodiversité du Québec et coresponsable du Groupe de travail sur les déterminants et la gestion urbaine subventionné par le Centre regroupant 25 chercheurs de 6 universités québécoises. Membre fondateur de la Société québécoise de phytotechnologie, elle appartient aussi à la International Society for Horticultural Science et à la International Water Association.

Danielle Dagenais était aussi membre expert des sous-comités Gestion des eaux pluviales et Végétaux du Comité du Bureau de normalisation du Québec pour la rédaction des normes BNQ 3019-190 Lutte aux ilots de chaleur urbains – Aménagement de parcs de stationnement, nouvellement publiée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s